HOME

 
Organe de presse  
         
 
IndexNews
 
    HOME
About us in your language
Français
English
Nederlandse
Italiano
Magyar
Român
Português
español
Türkçe
Arabe
Chinois traditionel
Chinois simplifié
Droit Fondamental

Fondation Princesse de Croÿ pour la lutte contre les réseaux pédocriminels

Mis à jour - Bruxelles, 21 décembre 2009

BRUXELLES 2001. L’Anglo French Kindergarten, une petite école internationale de la capitale de l’Europe vit en l’espace de 6 mois, que huit de ses élèves Africains ou d’origine africaine, étaient tombés dans les griffes d’un réseau impliquant 18 pays, qui mettait en œuvre leurs enlèvements. La Princesse Jacqueline de Croÿ, directrice et fondatrice de l’école découvrait à sa plus grande surprise, l’immobilisme des autorités belges, en dépit de tortures d'enfants établies par cinq certificats médicaux, et d’un témoignage selon lequel la paroissienne d’une église faisait du trafic d’enfants entre Bruxelles et Londres, avec le passeport de ses propres enfants. Six petits princes nigérians ont pu être sauvés, mais pas deux petites filles australiennes d’origine africaine, Laurene et Vanessa, inscrites à l'école par une "hôtesse d’hôtel" qui se prétendait leur mère, mais ne parlait pas leur langue maternelle.

Au même moment, Scotland Yard travaillait sur un réseau de 300 églises, qui pratiquent des sacrifices d’enfants africains. Il s’avérera que le chef du gang africain était en relation avec Nihoul, condamné en tant que chef de l’association de malfaiteurs du réseau Dutroux. Nihoul a aussi été mis en cause dans la production de films pornographiques sadomasochistes, ainsi que de meurtre d’enfants.

Le non fonctionnement de la justice trouvera ses sources dans une corruption inconcevable à l’époque en raison de la censure de la presse, et du fait qu’elle atteint les plus hautes sphères de l’Europe. Cette corruption a pour origine des photos embarrassantes de personnalités, notamment prises dans chambres des hôtels de luxe de Sun Myung Moon, le prédateur sexuel coréen fondateur de la secte qui porte son nom et s’est entre temps autoproclamé "Messie" au Sénat américain.

La princesse de Croÿ a fermé son jardin d’enfants en 2002, pour faire place à la fondation qui porte actuellement son nom et celui de ses cousins Massimo Lancellotti, afin de regrouper divers projets dans les domaines de l’éducation, de la protection de l'enfant et de la lutte contre les réseaux pédo- criminels. Elle consulta en 2003, le Werkgroep Morkhoven, un groupe d'activistes flamands, célèbres pour avoir démantelé les réseaux Temse, Madère et Zandvoort. La presse faisait croire le groupe dissolu par des scandales, qui en réalité, avaient été créés de toutes pièces.

La fondation a pris en charge de créer et diffuser une série de reportages sur les incroyables découvertes de Marcel Vervloesem, après qu’il ait eu accès aux dossiers des auteurs d’une fausse plainte à son encontre, lors d’une incarcération arbitraire. Dés la première rencontre, une autre fausse plainte, mais des services secrets belges, a été portée aux hébergeurs du site web de la fondation, qui a été éradiqué, sans avis préalable, en emmenant de ses ravages une cinquantaine de reportages avec preuves à l’appui.

La Fondation et le Werkgroep luttent par le droit à l’information sur les moyens mis en œuvre pour anéantir les victimes et les témoins de la criminalité organisée par des fausses erreurs judiciaires. La découverte du "piège suisse" tendu aux victimes françaises du réseau Zandvoort, qui ont toutes été incarcérées en l’absence de 80.000 pièces de leur dossier pour libérer les producteurs de pédopornographie et leurs riches clients, a donné lieux à une nouvelle incarcération illégale de Marcel Vervloesem.

Mais comme à chaque fois que le gouvernement tente de taire les ONG par une incarcération illégale de Marcel Vervloesem, il a découvert un autre crime contre l’humanité : un système carcérale de "redressement économique" par le travail de prisonniers ne leur allouant que quelques centimes de l’heure et par des économies sur leurs soins de santé qui tuent des hommes tous les jours. Ces crimes, qu'ils relèvent de l’exploitation sexuelle d’enfants, des escroqueries massives et les meurtres en série de prisonniers pour raisons économiques sont couverts par des organismes internationaux des droits de l'homme, qui ne prétendent pas accomplir les tâches dans l’ordre de leurs devoirs.

Click & send a mail to subscribeQuand la justice belge à pris Marcel Vervloesem en otage, c'était pour menacer sa vie en lui refusant depuis le 5 septembre 2008, tout traitement médicaux essentiels dont à son cancer métastasé et l’approvisionnement d’insuline en suffisance pour contrôler son diabète insulinodépendant ; ainsi que pour lui infliger des sanctions motivées par les publications des ONG, mais dont il n’est pas l’auteur. Il a été diagnostiqué comme étant un "Miracle Vivant". Les universités du monde entier le considèrent comme un cas de survie exceptionnelle.

La fondation a fondé DROIT FONDAMENTAL, une puissante agence de presse Internet avec des dizaines de web-logs sur les questions des droits de l'homme à travers le monde, soulignant le droit à l'information, la liberté d'expression et l'inviolabilité de la dignité humaine.

Editeur responsable: Fondation Princesses de Croÿ et Massimo Lancellotti - 10 Rue Faider - 1060 Bruxelles - Belgique - Droit de réponse: postmaster@droitfondamental.eu