Accueil - Home  
Organe de presse  
         
 
IndexNews
 
    HOME
Change language
Fran��ais
English
Italiano Neederland
 
Droit Fondamental
... partners, photos, videos FR - EN - NE - IT
Dossiers - Cartelle
Qui sommes ?
Communiqu�� de presse
Ayndi Zarmaev, champion de pugilat
Ayndi Zarmaev, il campione del pugilato Minautore

MINOTAURE. Pos��idon avait confi�� au roi Minos de Cr��te un magnifique taureau blanc, sans doute un esclave �� la force d'un taureau, qu'il trouva si beau qu'il refusa de le sacrifier (le lui rendre) et en sacrifia un autre. La reine Pasipha�� de Cr��te est tomb��e folle amoureuse du "taureau cr��tois" par un charme d'Aphrodite et elle est mont��e dans une vache en bois pour le s��duire, selon la mythologie, ce qui suppose qu'Aphrodite lui a conseill�� de se d��guiser en esclave pour pouvoir l'approcher. Leur fils, le minotaure est n�� mi-taureau, mi-homme, ce qui sugg��re qu'il ressemblait tant �� son p��re qu'il n'y avait pas moyen de le cacher la m��conduite de la reine. Le minotaure est devenu si f��roce en grandissant, que le roi Minos commanda un labyrinthe �� D��dale, pour l���y emprisonner. Th��s��e, le fils de Pos��idon est rentr�� dans le labyrinthe en d��roulant le fil qu'Ariane lui avait donn��. Il a combattu le minotaure, l'a vaincu et est ressorti du labyrinthe en suivant le fil d'Ariane.

   
L'une des premi��res repr��sentations de Zeus en 560 av. J.-C., peu avant que ne commence la guerre de religion qui chassa les tch��tch��nes du mont Ida. Coupe laconienne du Peintre de Naucratis.

Th��s��e enlevant H��l��ne. Ses fr��res la r��cup��re. Elle est mari��e au roi de Sparte, puis �� nouveau enlev��e par Paris, ce qui provoquera la guerre de Troie. Amphore d'Euthymid��s, v. 510 av. J.-C

Abandonn�� �� la naissance sur le mont Ida apr��s que les oracles aient annonc�� qu'il serait la source de la destruction de Troie, Paris a ��t�� adopt�� par des bergers et se maria �� ��none, la fille de C��bren, le dieu fleuve.
Ayndi Zarmaev, le champion de pugilat

Jacqueline de Cro�� - 14 juin 2009

Les exploits des tch��tch��nes sont �� l���image de la mythologie grecque, comme quand Khamzat se projeta pour prendre dans sa jambe la balle qui devait traverser le c��ur d'Alikhan, ou quand Ayndi Zarmaev, le fr��re du c��l��bre commandant, terrassa un minotaure.

Ayndi ne m���a montr�� les images d���une comp��tition o�� un athl��te mi-boeuf, mi-homme de deux fois sa taille tente de l�����craser sous une musculature monstrueuse, seulement apr��s que je lui ai parl�� des combats de pugilat de ses anc��tres. Il m'a racont��, sans sourciller, que le club de sport lui avait r��serv�� par surprise un adversaire de 35 kilos de plus que le maximum pour sa cat��gorie de poids. Le championnat de boxe, qui assure l'��galit�� des chances, s'est termin�� par un pugilat, o�� seul le plus fort gagne.

Le pugilat est interdit depuis seize si��cles, �� l'��poque o�� un changement de r��gles en derni��re minute n'aurait pas ��t�� possible. C���est choquant, parce que ��a oblige l���athl��te de prendre une d��cision rapide, pour un type de comp��tition �� laquelle il n���est pas pr��par��. Le patron du club, selon les anciennes lois, aurait ��t�� fouett�� pour son manque de fair-play et le minotaure aurait ��t�� men�� �� un labyrinthe dont il n'aurait jamais pu trouver la sortie, selon la mythologie. Notre champion tch��tch��ne n'avait aucune obligation d'accepter ��a. Il voulut tenir sa promesse de participer au championnat et il terrassa le minotaure : Ayndi Zarmaev est le premier champion de pugilat dans un combat officiel depuis 393 apr��s J.-C. !

Les tch��tch��nes connaissent mal leur histoire, parce que les russes les obligent �� d��fendre leurs femmes et leurs enfants depuis un demi mill��naire. Ils sont originairement des citoyens grecs de Gargar, selon Pomp��e et Strabon, qui n'auraient pas pu se tromper sur leurs propres cousins. La citoyennet�� n'��tait en effet accord��e qu���aux fils n��s de p��re et de m��re de citoyens, donc entre cousins, ce qui ��tait le cas des grecs et des romains de l'��poque. La d��mocratie originale n�����tait donc qu���un grand conseil de famille.

La lign��e tch��tch��ne date du XIIe si��cle avant J.-C., �� l�����poque o�� Zeus devint le dieu des dieux de 65 femmes, qui lui ont donn�� 117 enfants, tous plus beaux et plus forts les uns que les autres. On parle de mythologie, mais quand on voit leurs descendants, on est sid��r�� de voir autant d'hommes beaux et forts comme des dieux Grecs. Il y a donc une bonne part de v��rit�� dans les r��cits mythologiques et on le d��couvre avec les tch��tch��nes.

Gargar se trouve sur le m��me mont Ida de l'actuelle Turquie o�� les dieux grecs ont observ��s la guerre de Troie, il y a 33 si��cles, vraisemblablement avec les anc��tres d'Ayndi. Ils avaient alors assist�� �� un combat de pugilat, dont les champions sont depuis r��put��s ��tre les favoris des dieux, selon Hom��re. Ils m��ritent ce favoritisme. C'est un spectacle ahurissant.

Pythagore, qui descend de Pos��idon par Anc��e, a ��galement ��t�� champion de pugilat. Il se r��f��rait aux "initi��s du mont Ida", donc aux anc��tres d'Ayndi. Ils ont ��t�� bannis sous dominance perse, parce qu���ils faisaient ombrage au dieu unique profess�� par Zarathoustra. Puis, Th��odose Ier, un empereur romain, a interdit les olympiades et tous autres jeux qui se faisaient en honneur �� leurs anc��tres en 394, cette foi-ci parce qu'ils faisaient ombrage �� J��sus Christ. Seize si��cles plus tard, nous connaissions toujours mieux les exploits des champions grecs que les miracles de nos saints. Le pugilat est rentr�� dans la clandestinit�� et n'a ��t�� repris qu'au XIXe si��cle sous la forme de la boxe pour assurer l'��galit�� des chances, jusqu'au jour o�� Ayndi a terrass�� le minotaure.

Il est difficile de ne pas faire le lien entre l'histoire des grecs et celle des tch��tch��nes, puisqu���ils se partagent le m��me culte du sport et la m��me passion de la boxe. Par exemple, les tch��tch��nes restent les meilleurs fantassins du monde et leur ��colage est toujours fait en gymnastique, pour le sport et non pour la guerre, comme en Gr��ce antique. L'entra��nement ��tait initialement con��u pour participer aux jeux d��di��s aux anc��tres, puis pour accomplir le devoir de citoyen qui est de d��fendre la cit�� en cas de guerre. Ils sont devenus imbattables parce que ce sont des athl��tes qui luttent pour l'amour de leurs parents, de leurs femmes et leurs enfants contre de simples soldats, des crevettes dont le m��tier est de tuer aveugl��ment, sans plus.

Les tch��tch��nes sont les champions de leurs femmes, qu'ils traitent en d��esses. Ils s'entra��nent, luttent et gagnent pour ceux qu'ils aiment. Il n'y a donc pas de "femmes soumises", contrairement aux stupidit��s dont nous assomment les faux experts, mais des petites d��esses si droites et pleines sagesses, qu'il n'y a pas moyen de trouver un argument pour les contredire. La seule chose qui ne concorde pas avec la mythologie grecque est la modestie tch��tch��ne. Ils trouvent si normal d'��tre forts que Khedi vante les talents de cuisinier d'Ayndi et le dit champion de boxe, mais ne parle pas de son combat avec le minotaure. Ils minimisent tout, de sorte �� ce qu'on est constamment surpris.

Les f��ministes d��crient le manque de droits politiques des femmes jusqu'au si��cle dernier et grinchent sur le sort des femmes tch��tch��nes, manifestement sans jamais en avoir rencontr��. La v��rit�� est qu'elles sont fi��res de leurs champions, qui n'h��sitent pas �� d��fendre leurs id��es, ce qui est devenu inconcevable pour nous. La v��rit�� est que nos machos occidentaux nous ont vol�� les droits que nous avions dans l'antiquit��, parce qu���ils sont devenus trop paresseux pour devenir champions. C'est de la faute des femmes, parce qu'elles ont tol��r�� que les hommes s'attribuent des m��dailles sans m��rite, ce qu���une femme tch��tch��ne ne tol��rerait jamais.

Au r��sultat, nous n'avons plus que des singes et des guenons pour gouverner nos pays, o�� le respect n'est accord�� qu'�� ceux qui volent le plus d'argent sans se retrouver en prison. A pr��sent, ils nous volent nos m��dailles olympiques tch��tch��nes dans le cadre d���une politique qui vise �� criminaliser nos champions, que l'UE pr��tend "int��grer" pour payer leur p��trole aux russes.

Personne n'aura nos tch��tch��nes. Ils vont reconqu��rir leur Tch��tch��nie, dont le p��trole leur donnera enfin les moyens de reb��tir la plus grande puissance culturelle du monde. Ils auront les plus beaux stades olympiques, avec les ��coles les plus avanc��es, les plus beaux mus��es et ils emploieront les meilleurs scientifiques pour faire le bien, pas le mal comme le font les russes actuellement avec l'argent de leur p��trole.

_____

Fondation Princesses de Cro�� et Massimo Lancellotti - 10 Rue Faider - 1060 Bruxelles - Belgique - Droit de r��ponse: postmaster@droitfondamental.eu